Interview : Cédric Pajot - Personal Trainer - Coach Sportif

Beaucoup de coachs indépendants se plaignent de se retrouver seuls face à leur business. Conscient de cette difficulté, chez Ze Coach nous avons à cœur de créer du lien entre les coachs de notre communauté. 
Régulièrement nous publierons des portraits de coachs. Une présentation en 14 questions qui pourra vous divertir, vous inspirer et pourquoi pas vous inciter à entrer en contact. C’est Cédric PAJOT qui ouvre le bal ! Ce touche à tout au parcours dense a une actualité très chargée avec l’ouverture de son propre club au concept novateur, son activité de trainer HBX et le suivi de ses coachings individuels.

L’élément déclencheur

En fait, j’étais prof en collège et lycée à la base. Et comme nous l’avons tous vécus lorsque nous étions à l’école, je faisais courir les ados autour d’un stade. J’ai rapidement pris conscience que je passais plus de temps à faire la police qu’à partager une activité sportive.  Ils étaient là par obligation et non par choix. C’est à ce moment là, que j’ai échangé avec un professionnel du secteur de la remise en forme et c’est devenu pour moi une évidence, ma place était là. 

Ton parcours

J’ai toujours été très sportif. J’ai évolué dans les arts martiaux à la base. Après mon cursus STAPS, j’ai entrepris de passer mon BPJEPS et j’ai eu la chance d’être en contrat de professionnalisation dans un club. J’ai toujours été un gros bosseur, ce qui m’a permis de me faire rapidement repérer par des gros groupes qui exploitaient plusieurs clubs.

J’ai fini par partir des Sables d’Olonne pour Toulouse. Sous l’impulsion de Christophe Guarnaccia, j’ai rejoint le groupe Movida. J’ai pu apprendre et évoluer jusqu’à gérer une équipe de coachs. En parallèle, j’ai pu intégrer le programme HBX de Planet Fitness et aujourd’hui je suis Trainer national pour eux.

Pour finir, c’est tout récent, je viens de créer mon propre club avec mes associés (Didier et Meidi). Après plus de 10 années dans ce secteur, j’avais la volonté de me lever tous les matins pour une approche du sport et du bien-être premium, qui correspond à la vision que je me fais de l’encadrement sportif et plus encore.

Le personal training en france

Je pense que ce n’est pas toujours simple pour le public de s’y retrouver. Par un manque de réglementation, beaucoup de personnes, qui sont souvent affiliées à des marques de produits nutritionnels, annoncent être coach, font des programmes, des trainings alors qu’ils n’ont pas diplôme et n’ont même pas les bases anatomiques et physiologiques pour bien appréhender le fonctionnement du corps humain.

Il y a un fort potentiel en France pour l’encadrement individualisé ou en petit groupe, j’en suis convaincu. J’espère juste que ces coachs « non-diplômés », permettront au final à certaines personnes de mettre le pied à l’étrier, avant de se rapprocher de coachs dont l’expertise est indiscutable.

Le plus difficile

Sans aucun doute : trouver des clients. Il m’a fallu de la persévérance, j’ai testé et appris. Rien ne vaut le capital sympathie, l’expertise, le bouche à oreille pour des recommandations. Mais une chose est sûre, c’est qu’il faut se bouger, sortir, faire du porte à porte, saisir la moindre opportunité de dire ce que l’on fait et prouver son expertise.

Le kiff de ce métier

C’est très simple : aider les gens, leur apporter quelque chose. Si on dézoome un peu, on fait bien plus que les faire bouger. Au-delà de l’activité physique, on installe un climat de confiance qui permet à la personne de se confier et du coup, on peut mettre en place un accompagnement très personnalisé qui permettra de contribuer à son bien-être de manière bien plus large que le sport. C’est la magie de cette relation particulière que je kiffe vraiment.

Ton meilleur souvenir

Mon meilleur souvenir c’est une personne qui j’ai coachée qui voulait perdre du poids, n’aimait pas le sport et qui en plus était diabétique.

Elle était entourée d’un nutritionniste et d’un diabétologue qui ont permis d’y aller progressivement. Nous avons réussi à gérer tous les paramètres et au final petit à petit, elle a pris goût au sport, la glycémie était gérée, puis elle a perdu du poids. Après un an, elle était devenue 100% autonome et quand je la recroise, je suis très heureux de voir que les changements qu’elle avait opéré il y a 5 ans sont toujours là, qu’elle est heureuse et épanouie.

Ton pire souvenir

C’est lié aussi à un objectif de perte de poids. C’était une femme qui disait aimer le sport mais qui faisait plus de 100kg. En fait, à la base c’était son père qui était venu me voir pour m’acheter des séances de coaching afin que je prenne en charge sa fille de 40 ans.

Morale de l’histoire, elle n’aimait pas vraiment le sport, son état physiologique était déplorable, sans parler de son hygiène de vie. Sa situation lui convenait parfaitement, elle n’avait pas envie de faire évoluer les choses. Après 6 séances, j’ai remboursé son père, car clairement je ne pouvais pas faire mon métier correctement.

C’est de loin mon pire souvenir, car je l’ai vécu comme un très gros échec. C’est la seule fois où je me suis retrouvé sans solution.

Ta séance de sport préférée

Je prêche pour ma paroisse, mais le HBX sans aucune hésitation. C’est vraiment la pratique où je parviens à me vider la tête et à me dépasser. 

Tu n’assumes pas vraiment…

Franchement, j’en rigole aujourd’hui, mais à l’époque c’était tendu. J’ai déposé plainte contre une adhérente et la « gendarmette » m’a chambré car recevoir trop d’amour me posait problème…

L’histoire, c’est que j’ai été harcelée par une adhérente. Elle venait suivre mes cours de JAM, c’est de la danse pour ceux qui ne connaissent pas et un jour j’ai trouvé un petit mot sur ma voiture. J’ai ignoré bien entendu. Puis après, il y a eu des messages sur Facebook, que j’ai ignorés également.

Et là où cette histoire a pris un tournant, c’est quand j’ai découvert dans ma boîte aux lettres, un mot de sa part, qu’elle avait déposé. Quelques jours après, je l’ai aperçue stationnée devant chez moi. Avec ma responsable, nous l’avons convoquée pour lui rembourser son abonnement et lui interdire le club. 

Elle était persuadée que depuis mon estrade, quand je donnais mes cours, il s’était passé un truc entre nous… Horrible, même pas en rêve en plus !

Le hasard a fait que dans l’été j’ai déménagé et changé de voiture. Franchement, j’étais serein et pensait cette histoire derrière moi. Jusqu’au jour où elle est revenue sur le club, de nouveau des message, devant chez moi…

Morale de l’histoire, j’ai déposé 2 plaintes, elle a été reçue à deux reprises et depuis je ne l’ai plus jamais vue, même si je sais qu’elle a pris contact récemment avec un ami à moi pour essayer d’avoir mon numéro de téléphone… à suivre…

Ta playlist

Je saoule tout le monde avec ça, mais je kiffe le rock, le vieux rock. Si tu prends mon téléphone, tu vas trouver dedans :

Tes lectures

Faut savoir que je ne suis pas un gros fan de lecture, pour te dire, ça fait presque un an que je suis sur le même livre. Mais il est passionnant, c’est la Bible de la Médecine Chinoise Traditionnelle. Je suis très curieux et je pense que ça peut m’amener une certaine ouverture d’esprit de m’intéresser à ce sujet.

Les comptes à suivre

Alors au-delà de mon compte Arènes Club, je dirai 3 comptes qui sont très intéressants :

Christophe Besse

Anouck Garnier

Yannick Reulier

Arène Club Toulouse

Une citation qui t’inspire

Dans ce monde rien n’arrive par hasard.

Paulo Coelho

Le conseil

Pour moi, le meilleur conseil à donner à un futur Personal Trainer, c’est de se former encore et toujours, de ne jamais s’arrêter. Plus il aura de connaissances variées et complémentaires et meilleur il sera !

Le deuxième conseil que je peux donner, c’est de ne jamais brader ses prix. Il a fait des études, il a une expertise et délivre un service premium, donc les prix doivent être en adéquation avec cela.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Fermer le menu